Aller au contenu

RP 08 – Les étangs de Bisel

  • par

Organisée par :

Dédé

Distance :

11,5 km

Durée :

4 heures

Lieu de départ :

Bisel

Point bas :

Point haut :

Dénivelé positif :

120 m

404 m

443 m

Lieu de rendez-vous :

9H00 devant l’AEP

Départ de la rando :

10H00 

Déjeuner :

12H00 à l’abris en admirant un étang

Fin de la rando :

16H00

Retour à Chavannes sur l’étang :

17H00 avec une bonne bière chez Dédé

Présentation de la randonnée

Je me réjouis de vous guider sur la trace de « la balade des étangs de Bisel » (Sundgau).
C’est un circuit pédestre (comme le précise la plaquette de présentation disponible au départ de la marche).

 

En parlant de cette partie du Sundgau, André Gide – qui est un illustre écrivain français, prix Nobel en 1947 – écrivait: « On est surpris, alors qu’on traverse la forêt, de se trouver en présence d’une nappe insoupçonnée, endormie mystérieusement à l’abri des hêtraies: les joncs y ornent d’étroites plages de sable, au bord de grands champs de nénuphars ». Plusieurs vestiges y rappellent aussi la Première Guerre mondiale dont la ligne de front qui séparait Largitzen de Bisel.

 

55 balades et randonnées dans le Sundgau et le Jura alsacien pour 10€
disponible dans toutes les bonnes librairies et/ou à l’Office de Tourisme du Sundgau d’Altkirch

C’est la huitième randonnée proposée par l’AEP de Chavannes-sur-l’Etang. Un binome  – Denis et Dédé ont fait un repérage lundi 29 juillet – pour guider les neuf courageux randonneurs qui ont bravé pluie, vent et froid de ce dimanche 6 août.

Départ du parking sur la place du village de Bisel avec une nouvelle recrue : en l’occurrence Nathalie de Hirsingue, collègue de travail d’Anne. Pas d’état d’âmes comme le confiait l’une des participantes, « ce n’est pas la pluie qui va nous arrêter ». Et nous voilà partis pour une randonnée de 11,5 km avec un dénivelé cumulé de… 120m. On a beaucoup persiflé dans le groupe qui, il est vrai, est habitué à gravir des montagnes. Mais l’important, n’est-ce pas de découvrir cette belle région du Sundgau – pays des 1000 étangs – sur la trace d’André Gide qui écrivait : « On est sans cesse surpris, alors qu’on traverse la forêt, de se trouver en présence d’une nappe insoupçonnée, endormie mystérieusement à l’abri des hêtraies ; les joncs y ornent d’étroites plages de sable, au bord de grands champs de nénuphars. »

Pique-nique à l'abri des pêcheurs

Allons sur les pas de Dédé (Gide), sacs à dos lourdement chargés pour parer à toute éventualité. Après un petit arrêt (on en fera pas mal au cours de la journée) sur la digue du bassin de retenue d’eau de crue du Largitzenbach, nous voici déjà à nous recueillir à la Pfifferkapella, une petite chapelle au milieu des champs (voir photo). Le sentier traverse les immenses étendues boisées qui visite de nombreux étangs plus ou moins grands. Ils ont pour nom le Hagweiher et le Hinterweiheracher (que nous devinons derrière un écran boisé et clôturé). Après avoir traversé la D463 reliant Feldbach à Bisel,  nous empruntons le chemin forestier du Stoffelweiher pour visiter d’inombrables plans d’eau tout aussi remarquables les uns que les autres. Mais aussi découvrir plusieurs œuvres contemporaines créées par Benoît Brissinger, artisan-paysagiste de Bisel. Nous observons tant la riche flore que la faune en traversant des zones humides pour arriver à l’étang du Brundungweiler et son petit chalet de la société de pêche de Heimersdorf. Nous nous y installons pour le pique-nique arrosé de grands crus ! Confortablement installés à l’abri du vent, nous avons tout le loisir d’apprécier le plan d’eau et le site parfaitement entretenu par les pêcheurs, les gardiens de la nature vraie.

Une balade enrichissante

Nous reprenons le chemin pour nous arrêter – et oui encore et longuement – à l’étang de l’association de pêche de Hirsingue, au lieudit Krummweiher où Nathalie évoquera ses journées festives avec ses amis pêcheurs (Nathalie est domiciliée à Hirsingue, dois-je le rappeler). Nous poursuivons notre aventure en franchissant le sentier des bunkers (qui nous auront échappés). Après un arrêt au panneau pédagogique du site du Grossbersigweiher (zone humide), nous quittons l’itinéraire pour un petit détour sur la zone des mares en milieu boisé et ses thématiques. Nous retrouvons très rapidement notre chemin et de la crête (et oui il y avait un tout petit dénivelé), nous observons au loin le clocher de l’église de Bisel. Mais d’abord, une halte admirative du potager d’une jardinière passionnée à l’entrée du village. Nous félicitons sa fille que nous saluons longuement (ultime arrêt). Et comme on ne se plaignait pas de la pluie, en reprenant nos voitures, le ciel nous est tombé sur la tête…

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.